Voir Votre Article IciPublier votre article ici

Le confort d’éclairage

La qualité de l’éclairage conditionne toutes nos activités à la maison. Disposer d’un niveau de lumière suffisant est évidemment un minimum. Le choix des sources, leur variété et la possibilité de les adapter à chaque type d’activité est également important. Au-delà, avoir la certitude que toutes les lampes sont éteintes quand nous quittons la maison, éviter qu’une lampe reste allumée quand une pièce est inoccupée, programmer les lumières de façon aléatoire quand nous sommes en vacances ou faire évoluer les commandes d’éclairage sans avoir à recâbler sont autant de fonctions intéressantes apportées par la domotique. Quelles que soient les solutions retenues, le confort passe par la finesse de l’éclairage, la facilité de le commander et la mise en place d’ambiances permettant de mettre en valeur son intérieur et de créer de véritables mises en scène (dîner, TV, relaxation, ménage, chemins de lumière, etc.).

La conception de l’éclairage

eclairage

La conception de l’éclairage passe par le choix des sources, des types de luminaires, de leur implantation et de leur scénarisation.
L’éclairage est un élément de confort à part entière et nécessite à ce titre une attention particulière dès le début de la conception du projet. Il s’agit de se pencher sur les différentes façons de l’améliorer pour assurer un certain niveau de confort. Il existe des solutions classiques, comme les lampes à incandescence, à fluorescence, fluo-compact ou halogènes, mais également des sources moins répandues, qui peuvent répondre à l’éclairage spécifique de certaines pièces, comme la fibre optique, les LED ou les lampes solaires (voir le chapitre 10 « Les économies d’énergie »). Nous pouvons nous contenter d’un plafonnier et d’une simple ampoule, mais ce type d’éclairage n’est guère confortable. Une lampe de bureau, une liseuse en tête de lit, des spots encastrés au plafond de la salle de bains, complétés par une applique au-dessus de la vasque, un éclairage indirect avec changement de couleur dans le salon (voir figure 6.1), des câbles tendus en mezzanine sont autant de possibilités à considérer. L’implantation des dispositifs d’éclairage doit tenir compte du type de pièce, de la puissance d’éclairage nécessaire à chaque activité et des contraintes liées à la construction. Par exemple, nous ne raisonnons pas de la même façon si une pièce est équipée d’un faux plafond ou si elle a une hauteur de 5 m sous plafond. En règle générale, il vaut mieux disposer de plusieurs éclairages de différentes natures de façon à les combiner pour coller au mieux aux besoins de chaque type d’activité, mais aussi aux goûts et à l’humeur de chacun. C’est là que la notion d’ambiance intervient. Dans un séjour, par exemple, nous pouvons imaginer un éclairage central à pleine puissance pour faire le ménage, une combinaison de plusieurs luminaires de faible puissance pour recevoir des amis et des suspensions sur variation au-dessus de la table.

Autant de combinaisons qui ne sont pas interchangeables et qu’il faut avoir anticipées si nous ne voulons pas subir longtemps un éclairage inadapté à la plupart des situations. Si l’achat et la mise en place de la lustrerie peuvent intervenir dans un second temps, le choix du type d’éclairage doit être fait en amont. Cela vaut surtout pour les éléments encastrés et les circuits en variation, pour lesquels la réservation des emplacements des transformateurs est essentielle. Si le choix n’est pas effectué dès le début, il est possible de limiter les risques en utilisant, au niveau du coffret électrique, des modules capables de s’adapter automatiquement au type de la charge raccordée. Pour faire face à la multiplication des solutions techniques et à la grande variété des sources lumineuses, certains installateurs ou architectes d’intérieur ont pris l’habitude de faire appel à des éclairagistes ou des grossistes spécialisés afin d’optimiser l’implantation et le choix de la lustrerie. Multiplier le nombre de points ne doit cependant pas être synonyme de complexité. La programmation de scénarios est importante, de même que l’ergonomie des commandes d’éclairage.

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone