Votre Article IciPublier vos articles & communiqués

Maison passive

maison passiveRéduire la consommation des maisons nouvellement construites est devenu ces dernières années un défi majeur auquel sont confrontés les constructeurs et les entrepreneurs. L’une des tendances actuelles favorisant la diminution drastique de la consommation énergétique dans le domaine du bâtiment est de bâtir des « maisons passives ». On verra dans ce qui suit ce qui caractérise ce genre d’habitation et comment la mettre en œuvre. Le concept de maison passive a vu le jour en Allemagne. Dans les années 70, les premières tentatives d’instauration des bases de ce concept, devenu standard par la suite, ont germé dans l’esprit des Allemands soucieux déjà à l’époque de réduire la consommation énergétique de leurs habitats. Par définition une maison est dite « passive » (on parle aussi de BEPAS : bâtiment à énergie passive ou BEPOS : bâtiment à énergie positive) si sa consommation en terme d’énergie servant au chauffage est inférieure de 80% voire 90% à celle d’une maison traditionnelle. Par conséquent, la maison passive utilise l’apport énergétique des rayons solaires qui y pénètrent pour la faire chauffer.

Techniques mises en œuvre par un constructeur d’une maison passive

Pour bâtir une maison passive, tout constructeur doit se plier à un ensemble de règles et utiliser certaines techniques pour la réalisation de cette tâche. On cite les plus principales d’entre elles :

  • L’isolation thermique : cette technique englobe toutes les techniques et les procédés permettant d’isoler thermiquement un habitat (murs, toiture et combles) en ayant recours à des matériaux isolants à l’instar de la laine de roche, ouate de cellulose ou le polystyrène.
  • L’étanchéité à l’air : c’est un paramètre capital entrant dans la construction d’une maison passive. En effet si la maison n’est pas suffisamment étanche à l’air, ce dernier y pénètre abondamment et contribuera à utiliser plus d’énergie de chauffage en hiver. D’où la nécessité de mettre en œuvre des joints de qualité pour les fenêtres et les portes.
  • La ventilation : c’est essentiel pour aérer la maison d’une part et de recycler l’air qui y entre en ayant recours un système de ventilation VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) double flux. Ce système chasse l’air froid et fait apporte de l’air chaux en hiver et vice-versa en été.
  • L’énergie solaire : celle-ci est captée et emmagasinée à l’intérieur de la maison via l’immense surface vitrée de l’habitat dotée de verres spéciaux puis restituée pour faire chauffer toutes les pièces.

En guise de conclusion, construire une maison passive coûte certes plus cher que construire une maison « traditionnelle » mais ce surcoût sera amorti via les économies substantielles d’énergie de chauffage et d’électricité.

PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone